L'Alliance de l'Ombre


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Réouverture d'énéfel !!! AdO Double Champion HB

Partagez | 
 

 Le petit nouveau

Aller en bas 
AuteurMessage
Cain
Capitaine
Capitaine
Cain

Nombre de messages : 1547
Age : 45
Location : Metz
Date d'inscription : 11/03/2009

MessageSujet: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 11:14

Cela faisait plusieurs mois que le guerrier du chaos Lameth, fier membre des Giants Killers, était en prêt chez Les Tartuffes. Blessé gravement avec des séquelles irreversibles, il était partis passer sa convalécence dans une équipe d’un niveau moindre afin de reprendre des sensations de jeu. Puis plus tard il retournerai se battre pour le titre de la saison 8 du HB.
Le « looseur » trouva d’emblée sa place au sein cette jeune équipe. Cela lui rappelait les début des Giants Killers, qu’il avait rejoint à peu prêt au même stade de la glorieuse carrière qu’on leur connaît.
Il se sentait revivre et rajeunir de plusieurs années. Finalement son sort n’était pas si terrible que ça. Beaucoup de joueurs lui enviait sa place. Il était dans une équipe qui allait bientôt faire les beaux jours du Middle Ball et a n’en pas douter celui du High Ball d’ici quelques saisons. Coach Don Diego et ses coéquipiers étaient vraiment de bons joueurs et ce n’étaient pas les derniers pour saccager un bonne taverne après un match. Lameth avait même sa petite friandise en la personne de Kerlagg le gobelin attitré de l’équipe. Les matchs sans défaites s’enchaînaient avec une belle régularité. Tout était bien dans le meilleur des mondes. Ouais un vrais paradis …… tant que le guerrier n’était pas sur le terrain ….. le terrain …… là était le centre du problème.
Passer du statut de l’un des Guerrier du Chaos les plus puissants de la Ligue à celui de simple blodgeur diminué par une blessure handicapante, minait peu à peu le mental du vétéran.
Pourtant il lui semblait être motivé comme rarement il l’avait été au cours de sa vie. Il puisait au fond de lui le courage et la détermination. Mais comme un poison lent et insidieux, la plaie interne, qu’était sa blessure morale, plus que sa blessure physique, finissait par saper sa résistance et sa force morale.
Lameth allait de piètres performances en piètres performances. La chose qu’il voyait le plus lors des matchs était le gazon et de très près encore vu qu’il y passait la plupart des mi-temps allongé par un block adverse. Et encore, il n’était pas rare qu’il se fasse sonné par un pauvre nain, ou mieux encore, sortir sur un KO par un humain ayant fait de la gonflette et boosté aux amphétamines. Ah il était loin le temps où il avait résisté, seul, face à quatre joueurs de B2B’s en plein milieu du terrain, ce qui avait value la victoire au Giants.
Oh bien sur son expérience et ses techniques acquises au cours de sa carrière en HB servirent bien aux Tartuffes et il se félicitait de penser que c’était un peu grâce à lui que cette jeune équipe montait les échelons des différents classements à bonne vitesse.

Mais un jour il se rendit compte que l’envie et le coeur n’y étaient plus. Il se sentait de plus en plus misérable, plus misérable même qu’un orc où qu’un pauvre gobelin en possession du ballon voyant un ogre de cinq mètres lui foncer dessus. Par-dessus tout il se sentait abandonné des dieux du chaos eux-mêmes. Il n’avait jamais été un fervent pratiquant certes, mais il pensait que ces actes parlaient pour lui. En tout cas plus que les heures que passaient ces pauvres elfes noirs fanatiques à prier et à psalmodier en faveur des hautes instances des cieux.
Aujourd’hui preuve était qu’il s’était peut être trompé. Il aurait certainement du sacrifier plus de gobelin et d’elfe blafard à ces divinités et il n’en serait pas arrivé là.

Il en était là, en train de commencer sa séance thérapeutique de saoulerie, qui peu à peu était devenue journalière. Toutes les semaines, tous le jours, toutes les heures, il ruminait ses réflexions sordides, attablé dans une taverne miteuse des bas quartiers. Contemplant sa bouteille de liqueur de pastèque du jour, vide, il se dit, comme tous les jours, que c’était la dernière, qu’après celle là il remonterait la pente. Une pente qui ne faisait, en fait, que descendre et qui ne semblait pas avoir de fin.
Lameth se leva en prenant appuis sur la table et se dirigea du pas lourd et hésitant de l’ivrogne vers la sortie. En passant devant le comptoir, il fouilla sa bourse et jeta quelques pièces sur celui-ci. Titubant il s’appuya sur la porte, réussit tant bien que mal à en tourner la poignée et s’affala dehors de tout son long. Grommelant un chapelet d’injures, qui aurait fait envie à un nain du chaos en train de se faire violer par un elfe, il se releva et s’enfonça dans la nuit à la lune blafarde.
Il avait un match demain et il se devait de pouvoir tenir debout, au moins pour le coup d’envoi. Pour la suite il broutera le gazon comme d’habitude.
- « Ouais je vais leur faire voir moi le grand, le puissant et valeureux Lameth des Giants Tartuffes Wonder Killer Team »

D’un mur à un autre, de ruelle en ruelle, le Guerrier se retrouva bientôt dans un dédale de venelles sombres et étroites, que la lune, pourtant pleine et sans nuage, ne parvenait pas à éclairer.
- « Bon dieu, soit la ville s’est détruite et reconstruite à une vitesse phénoménale, soit j’en tiens une plus grosse que je croyais pour me paumer comme ça…. Quelque chose me dit que la première solution n’est pas la bonne !!! »
Incapable de se tenir éveillé et sur ses jambes plus longtemps, l’homme s’appuya contre un mur et s’affaissa peu à peu avant de tomber dans l’inconscience.

Une multitude de pas précipités, résonnant dans la ruelle, réveillèrent Lameth en sursaut. Un grognement s’échappant de ses lèvres entrouvertes, il se redressa tant bien que mal et regarda de droite et de gauche afin de repérer la source du son qui l’avait réveillé. Mouvement qu’il regretta aussitôt puisqu’un troupeau de Nain du Chaos avait élu domicile dans son crâne.
- « Enfin au moins je suis plus ivre mort »
C’est seulement à cet instant qu’il prit conscience qu’il n’était pas seul dans la ruelle. Mais lorsque ce yeux identifièrent les nouveaux venus il douta fortement avoir cuvé.
- « Vache c’était de la bonne ce soir. Je vois pleins de rats de plus d’un mètre. Faut que j’aille me coucher moi »
Sur cette belle décision Lameth fit demi-tour et prit la direction de sa piaule.
Revenir en haut Aller en bas
Cain
Capitaine
Capitaine
Cain

Nombre de messages : 1547
Age : 45
Location : Metz
Date d'inscription : 11/03/2009

MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 11:14

En fait, en lieu et place de ce que Lameth pensait être une hallucination dut à son esprit embrumé, se tenaient cinq Skavens aux rictus sauvages.
Les cinq hommes rats n’en revenaient pas de leur chance. Après quelques rapines infructueuses, les voila qu’ils tombaient sur un Guerrier du Chaos complètement ivre et sans armes qui plus est. S’ils le capturaient, peut être que leur boss ne les tueraient pas, ils auraient même droit à une promotion.
Arrivés à cette conclusion, les cinq skavens dégainèrent leurs armes et fondirent de toutes leurs jambes, dans le dos de la silhouette solitaire.
Seuls les réflexes éculés du vétéran lui sauvèrent la vie. En effet arrivé à moins de trois mètres de leurs cibles, une chose inattendue pour les agresseurs se produisit :
- « Putain de jambière de merde encore coincée. Faut que je la change avant le match » dit Lameth à voix haute avant de se pencher pour débloquer la pièce d’armure récalcitrante.
Les cinq rats ne purent arrêter leurs courses. Et dans leurs hâte à décapiter leurs adversaire, ils passèrent au dessus de leur cible et tombèrent en tas quelques mètres plus loin, dans un fracas de bras, jambes, queues et épées courtes.
- « Hein quoi ? C’est quoi ça ? »
Le guerrier se releva et regarda autour de lui.
Apercevant le tas gigotant à quelques mètres de lui, il se dit que finalement, ce n’était pas la gnole la cause de sa vision mais bien la réalité.
- « Bon allez, cassez vous les rats. Faut que je rentre chez moi combattre le mal par le mal, j’ai pas le temps de jouer avec vous »
- « T’iras nulle part »
Tout en parlant les rats commencèrent à encercler la silhouette solitaire.
- « Pppfffff !!!! Et voila ! C’est toujours pareil. Ca menace et montre les dents et après ça va pleurer qu’on a plus de tête au bout de son cou ou qu’avec les deux genoux broyés on peut plus courir »
Les cinq malfrats avaient fini d’encercler leur victime
- « Bon les gars je vois que vous n’avez pas lu mon CV. Pour votre gouverne, je n’ai pas toujours été joueur de Blood Bowl dans ma vie. Même que, dans une autre vie, je suis né chez des elfes et que j’y ai appris deux ou trois petits trucs »
Un changement radical s’opéra alors sur le guerrier.
Ses mains, vides une seconde plutôt, tenaient chacune lame courbe. Son attitude pataude et lourde, digne d’un vétéran de première ligne de Blood Bowl, se mua en une démarche maintenant féline et aérienne.
Les rats ne savaient plus trop à quel saint se vouer et hésitèrent devant ce changement inquiétant. C’est tout ce que Lameth attendait.
En deux pas, fluides et rapides, il couvrit la distance le séparant du rat le plus proche de lui. Effectuant une rotation à trois cent soixante degrés, d’un revers puissant, il décapita son adversaire médusé.
Ceci réveilla les quatre restants qui se précipitèrent tous en même temps. Sauf un, qui resta en retrait et se fondit dans l’ombre. Le guerrier, tout à son balai mortel ne s’en rendit pas compte.
Continuant son mouvement circulaire Lameth utilisa son autre main pour précipiter le corps, gigotant encore, dans les jambes de deux de ses adversaires. Ils s’écroulèrent dans un amas de bras, de queues et de fourrures.
Le troisième assaillant, toujours debout, se fendit en avant pour empaler sa cible, mais son arme tinta contre la lame de son adversaire et fut déviée loin au dessus du point visé laissant son abdomen libre de toute protection et perforé, l’instant d’après, de part en part par la deuxième lame qui ressortit aussi vite qu’elle était rentrée.
Hébété le rat mourut en essayant de comprendre comment il en était arrivé là.
Les deux compères restant finissaient de se relever et avisèrent leur ennemi toujours debout, sans une égratignure et qui ramassait la tête décapitée de sa première victime
- « Alors toujours prêt a en découdre ? »
Pour toute réponse les deux assaillants foncèrent droit sur le guerrier. Après tous ils étaient encore deux et cette fois-ci ils étaient prêts.
Lameth envoya la tête de leur congénère sur les deux skavens. Comme il l’avait prévu ceux-ci, échaudés une première fois, s’y était attendu. Ils continuèrent leurs courses parallèles en s’écartant l’un de l’autre pour laisser passer le projectile entre eux.
Avec une rapidité étonnante pour un homme de sa carrure, le guerrier plongea en avant entre ses deux assaillants. A l’aide d’une roulade il se rétablit avec agilité un genou à terre, ses lames dressées à l’horizontale de chaque coté, juste entre les deux rats.
La vitesse de la charge des deux attaquants fit le reste.
Ils passèrent de chaque coté du combattant. Les lames de celui-ci laissant un sillon écarlate dans chaque abdomen. Une demi douzaine de mètres plus loin, où les avait emporté leur élan, ils s’écroulèrent à terre, une flaque rouge s’élargissant au dessous de leurs corps.
L’homme se releva et contempla le carnage en se retournant.
Soudain une pensée s’imposa à son esprit, le cinquième … trop tard
Un bruit derrière lui. Dans un sursaut, il se jeta sur le coté mais il sut que c’était trop tard. Une douleur fulgurante déchira son flanc droit et s’insinua jusque dans son ventre. Lâchant une des ses lames qui tinta contre le pavé de la ruelle, il tituba jusqu’au mur et le dos contre celui-ci, s’y appuya lourdement. Son regard croisa celui, triomphant, du dernier skaven.
- « Bien joué sale petit rongeur, bien qu’en fait ce soit ma faute. Je t’avais oublié »
Seul un sourire sauvage se dessina sur le visage du vainqueur. Savourant sa victoire il leva son arme pour porter le coup fatal et s’écroula dans un gargouillis pathétique, sa gorge transpercée de part à part, par la deuxième épée recourbée que le guerrier venait de propulser. Lameth boitilla jusqu’au mourant et s’agenouillant à ses cotés approcha ses lèvres de l’oreille du skaven.
- « Dernière leçon : il y a plusieurs façon d’utiliser une lame. Mais je t’accorde que celle-ci n’est pas très orthodoxe »
Le regard incrédule de la créature devint vitreux et si figea dans l’immobilité de la mort.

Tant bien que mal, Lameth se releva, alla ramasser ses lames et les rangea dans les étuis qu’ils portaient toujours sous son armure, garde vers le bas. Puis désanglant les attaches de son plastron, il examina sa blessure. La douleur était cuisante et tout l’intérieur de son ventre le brûlait.
Dés qu’il décolla le tissu masquant la plaie, le sang se mit à couler à flot. Jurant il se dépêcha d’endiguer l’hémorragie au plus vite en planquant à nouveau le tissu sur son flanc.
- « Merde ! Ce con va finalement réussir à me tuer. La lame a du toucher quelque chose qu’il ne fallait pas. Bon pas de panique, faisons les choses dans l’ordre. D’abord arrêter ce saignement »
Il retourna auprès des cadavres en boitant et préleva tout le tissu qu’il put trouver. Le guerrier déchira plusieurs grandes bandes qu’il noua bout à bout et du reste en fit plusieurs carrés qu’il empila les uns sur les autres. Il appliqua les carrés sur la plaie, entoura sa taille de la grande bande et, serrant les dents, serra la « ceinture » de tissu un grand coup. La douleur lui coupa le souffle et le laissa à genoux sur les pavés le visage dégoulinant de sueur froide.
- « Putain je me fais trop vieux pour ce genre de connerie. Avec cette putain de vieille blessure je suis un infirme. Jamais je n’aurais commis autant d’erreur il y a encore quelques mois, il est tant de mettre fin à ma carrière où je ne m’en sortirai pas vivant. Je vais créer ma propre équipe »
Il se releva tant bien que mal le souffle court. Un flot de sang noir se déversa subitement de sa bouche par hoquets. A travers les larmes et la douleur une insidieuse certitude venait de ce frayer un chemin dans son esprit : du poison. Certains skavens avaient pour habitude d’empoisonner leur armes et aux vues de ce qui venait de se passer il ne faisait aucun doute que le plus malins de ces rats puants faisait partis de ces individus là.
- « Encore une chose qui m’a échappé et qui n’aurait jamais dut »
Haletant et tout espoir de guérison venant de déserter son esprit Lameth s’écroula à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Cain
Capitaine
Capitaine
Cain

Nombre de messages : 1547
Age : 45
Location : Metz
Date d'inscription : 11/03/2009

MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 11:15

De guerre lasse, le guerrier du chaos ferma les yeux et commença à attendre la fin. Comment cela allait être la mort ? Certainement pas rapide et par surprise comme les cinq cadavres présent quelques mètres plus loin. Douloureuse ? Ca oui. Longue ? Apparemment non .Ou alors comme ce pauvre Groci qui était mort avant de se faire ramener comme momie par Arny et sa magie noire.
- « Putain d’elfe noir tiens. Jamais là quand on en a besoin…. Mais …..Nom de dieu ….. Est ce que …. Non …. Si …. Ca vaut le coup d’essayer. Si ça marche, putain si ça marche… »
L’espoir inondant de nouveau l’esprit du guerrier, il roula sur le coté et se releva tant bien que mal. Un voile rouge s’abattit sur ses yeux et menaça de le submerger. Serrant les dents Lameth repoussa l’inconscience et la douleur dans un pièce tout au fond de son cerveau, dont il ferma la porte et jeta la clef. Il était debout.
Cet effort amena un nouveau spasme accompagné par un flot de sang noir jaillissant des entrailles du guerrier.
- « Va pas falloir traîner ……. J’en ai plus pour …… très longtemps moi »
Lameth n’avait plus qu’un seul but en tête, trouver l’elfe.

Avance…. Encore… Arnias … relève-toi ….Vomissements ……douleur …… marche encore ….. Douleur encore ….. Vomissement toujours ….. L’elfe… un pied devant l’autre, encore …… Vomissement ….. Douleur …. Tenir encore et encore …… marche …… porte ….. Frapper ….. Arny …… moi …. Poison …… sauve-moi ….. Grocy…. douleur, vomissement …. Ténèbres, vide, soulagement, repos.

L’aube se levait sur un Arnias épuisé et préoccupé. Debout sur un des balcons de sa résidence, il faisait face au soleil et à la ville qui se réveillait. Découvrir Lameth agonisant devant ses portes l’avait surpris. Les pronostics funestes des apothicaires l’avaient abattu.
L’elfe finit son verre de vin lustrien et le reposa sur la rambarde. Relevant la tête, son regard fut attiré par un éclat de lumière. Observant la lueur, il comprit son origine : une des tours de mages qui dominait la ville.
Lameth lui avait fait une demande quand il était arrivé à peine conscient devant sa demeure. Mais Arnias savait qu’il ne pouvait faire une deuxième fois cette « conversion ». La seule chose en son pouvoir était de le maintenir entre la vie et la mort, tant bien que mal, avec des dizaines de potions et d’onguent. Mais cela aussi ne serait pas éternel et ne servait pas en grand-chose si le résultat final était la mort.
- « Je ne peux donner deux fois ce qu’ils m’ont demandé vaillant guerrier du chaos. Les dieux te récompensent bien mal … »
L’elfe soupira en reportant son regard sur la tour diffusant toujours sa lueur… soudainement il fronça les sourcils, une idée venait de naître. Il rentra rapidement et appela ses serviteurs :
- « Vous deux ! Chargez le dans un chariot et suivez moi. Faites le avec précaution, dépêchez vous ! »

Une main aux doigts délicats passa devant le miroir chassant l’image d’un chariot supportant le poids d’un guerrier agonisant, précédé par un elfe noir et progressant au travers de la ville.
- « Bien, tout se déroule normalement … tellement prévisible» susurra une voix féminine, tout en se retournant vers une silhouette en retrait « Vous pouvez dire à notre homme d’aller remplir son rôle.»

Arnias arriva enfin devant sa destination, une simple tour dans laquelle résidait « Mordan le cornu ». Qui pouvait deviner que dans cette simple bâtisse, vivait en fait l’un des plus puissant sorcier de la ville, craint pour son affinité avec les plans démoniaques.
L’elfe noir soupira, la journée allait être longue …. très longue. Les deux serviteurs virent leur maître s’avancer vers la double porte, frapper puis entrer dans la tour, avant que la porte ne se referme sur lui.
Après quelques minutes, deux formes encapuchonnées et portant de longues robes sombres, vinrent tirer le chariot à l’intérieur de la tour sans un mot, laissant les deux serviteurs seuls dans ma rue.
- « Que fait-on ? » demanda l’un des serviteurs
- « Bah rentrons, il ne nous a pas dit de l’attendre et il connaît le chemin pour revenir après tout » répondit son camarade.
- « T’as raison. Mais je me demande quand même pourquoi de si grandes portes pour une si petite tour… le chariot doit prendre toute la place à l’intérieur…. »
Après un dernier regard intrigué vers l’étrange bâtiment, ils s’éloignèrent en direction de la maison de leur maître.

Des heures plus tard Arnias se tenait au sommet de la tour sous un tapis d’étoile. Les nombreux braseros allumés tout autour de l’immense salle, lui permirent d’assister aux derniers préparatifs de la cérémonie.
La journée avait été éprouvante.
Tout d’abord, la surprise engendrée par la prise de conscience du fait que l’intérieur de la tour était beaucoup plus vaste que l’extérieur ne le laissait présager, était difficile à appréhender.
Puis l’attente, interminable, avant d’être reçu par Mordan. Un individu qu’il ne connaissait que de réputation. Il s’expliquait à peine comment l’idée lui était venue, mais l’étonnement passa vite au second plan, son esprit étant trop occupé à échafauder la requête qu’il allait présenter au Sorcier.
Il y eu ensuite la rencontre en elle-même. L’homme ne lui plaisait pas, mais il était le seul capable de faire quelque chose pour Lameth. Beaucoup plus jeune qu’il ne s’y était attendu, le démoniste ne devait pas avoir atteint la cinquantaine d’années. Ses cheveux noirs, lui tombaient sur les épaules, et son visage arborait un barbe courte et bien taillé. Ses yeux bleus semblaient vouloir percer les moindres pensées de l’elfe. Il portait une longue robe bleu nuit. Après une longue conversation qui dura plusieurs heures, Mordan accepta de tenter de sauver Lameth d’une « quelconque façon ». Le sourire qui accompagna ces mots glaça le sang d’Arnias. D’autant plus que Mordan se refusa à expliquer les moyens qu’il allait utiliser pour sauver son ami.
Le prix aussi, en or, était extraordinairement élevé mais encore dans les moyens de la star d’Enéfel.
Enfin ce fut l’attente
Arnias avait été amené dans une pièce ou il avait pût se restaurer et se reposer mais le sommeil ne vint jamais. La nuit était déjà bien avancée quand on vint le chercher et qu’on le conduisit en haut de la tour. Là il y découvrit Mordan, dans une robe pourpre, se tenant devant un autel sur lequel avait été déposer le corps de Lameth.

Revenant au présent le regard de l’elfe s’attarda sur le corps allongé à même la pierre de l’autel. Le torse du guerrier se levait encore par intermittence mais très péniblement.
« Il vit encore » pensa Arnias « mais son teint grisâtre n’a rien à envier aux pierres de la tour… »
Devant l’autel se tenaient huit acolytes encapuchonnés, qui psalmodiaient autour d’un large bassin mais dont la hauteur ne semblait pas dépasser quelques centimètres. Ce fut le contenu du bassin qui attira le regard d’Arnias. Un liquide rouge remplissait le bassin dans sa totalité :
« Du sang ?? » s’interrogea l’elfe
Des traînées du même liquide partaient du bassin en plusieurs lignes parallèles vers un coin sombre de la tour. Une masse informe semblait se tenir immobile dans ce coin et un pied frêle et blanchâtre sortait des ombres. Arnias repoussa la nausée qui le prit à la gorge.
C’est à ce même moment que la cérémonie commenca. Les supplications des acolytes se mêlèrent afin de former une lente litanie. Mordan y mêla aussi sa voix, dans un langage inconnu d’Arnias. L’angoisse naquit dans son ventre. Le temps devint soudain secondaire et Arnias ne put dire combien de minutes ou d’heure se déroula ainsi avant que les chants deviennent plus rapides et plus fort.
Une onde prit naissance au milieu du bassin, puis une deuxième. Les chants gagnèrent en force et Mordan se mit à hurler de sombres paroles. Les ondes se firent de plus en plus rapide puis changèrent de sens, partant des extrémités du bassin pour se rejoindre au centre.
Une angoisse latente commença à s’emparer du corps et des pensées de l’elfe noir. Puis celle-ci céda sa place à une peur qui lui dévora les entrailles. Des vagues de froid balayèrent son corps.
La litanie ne semblait plus être que hurlement et chacun des acolytes tendirent devant eux un crâne humanoïde.
La surface du bassin se creva soudain dans une gerbe écarlate éclaboussant de fluide vital Mordan et ses huit acolytes. Au centre du cercle parfait était apparut une créature qui éveilla d’antiques terreurs débilitantes dans le cœur de l’elfe.
L’être humanoïde convoqué mesurait plus de cinq mètres de haut. Deux puissantes jambes se finissant par des sabots semblaient poser sur la surface liquide du bassin. Le torse large et musclé, et deux grandes ailes membraneuses naissaient dans le dos de la créature. Son corps vermillon semblait dénué de peau et laissaient apparaître un assemblage de muscles et de vaisseaux sanguins qui pulsaient à un rythme régulier. Le cou massif était surmonté d’une tête au crâne canin parfaitement lisse et coiffé de deux immenses cornes pointées vers le ciel. Aux fonds des orbites brûlaient deux flammes d’une malveillance infinie. Le mal et la souffrance exsudaient de chaque partie du corps démoniaque.
La Créature balaya de son regard, brûlant de haine, la scène et se tourna vers Mordan. Ses mains s’ouvrirent et se fermèrent de rage. Une voix puissante s’adressa à Mordan
- « Pourquoi m’as-tu appelé insignifiant humain ? »
Arnias peinait à se contrôler et à ne pas fuir.
Mordan prit la parole :
- « Oh toi démon de Khorne, toi puissant champion du maître des crânes, j’en appelle à ta puissance pour que ce guerrier puisse à nouveau servir son dieu et faire couler le sang de ses nombreux adversaires à votre gloire, comme il le fit par le passé. Refais de lui un de vos dignes serviteurs ! Accède à ma requête où subit ma colère »
Un cri de rage et de colère impuissante fit vibrer la salle tout entière. Malgré cela un sourire s’épanouit sur le visage du sorcier.
Le démoniste savait l’entité puissante, mais il savait aussi que ce dernier était impuissant tant que ses acolytes maintenaient le cercle d’invocation. Le démon se calma et sonda « sa prison » sans y déceler la moindre faille. Après un dernier regard chargé de haine vers l’homme le tenant en son pouvoir, il se tourna saisit de sa main le torse le torse du corps moribond et amena celui-ci à quelques centimètres de son visage, puis le tint devant lui.
- « J’accède à ta requête humain. Je vais faire de cette créature un digne serviteur du Seigneur des crânes »
A ces mots il serra le poing faisant ainsi éclater le thorax de Lameth en une immense gerbe de sang, puis il fit disparaître la tête de l’ancien Giant Killer dans son autre main dans un fracas d’os fracturés. Le démon rouvrit ses mains et ses yeux et la masse sanguinolente qui fut Lameth disparut dans le fond du bassin.
Revenir en haut Aller en bas
Cain
Capitaine
Capitaine
Cain

Nombre de messages : 1547
Age : 45
Location : Metz
Date d'inscription : 11/03/2009

MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 11:16

Entre deux créneaux de la tour une ombre apparue.

- « Admire maintenant ta requête, pauvre mortel ! » s’écria la créature.
Le ton dont s’était servit l’entité fit tiquer Mordan. Ses défenses, il le savait, étaient infranchissables. Alors pourquoi l’entité jubilait-il.
Du bassin, qui venait de devenir le tombeau du défunt Lameth, s’éleva alors une formidable créature humanoïde haute de plus de trois mètres. Sa puissante musculature n’avait que peu de chose à envier à celle du démon. Une épaisse fourrure devait couvrir en son entier, la création démoniaque, mais le sang dont elle était totalement recouverte masquait sa couleur. Le faciès, bovin, et les deux immenses cornes présentent au sommet du crâne ne laissèrent aucun doute quant à sa nature. Oubliant son moment de doutes, Mordan exultait et admira l’une des créatures les plus sanguinaires ayant jamais existée: un Minotaure.

Arnias tout à sa morbide fascination, perçut un mouvement à la périphérie de son regard. Mais avant de pouvoir exécuter le moindre geste un éclat métallique traversa l’espace à partir d’une ombre entre les créneaux jusqu’a l’un des acolytes. L’assistant du démoniste s’écroula sans un bruit une dague saillant de sa nuque. Le temps que l’elfe noir reporte son regard sur l’ombre assassine celle-ci avait déjà disparue dans le vide.
Mordan sentit instantanément que son cercle n’était pu et que venait de disparaître en même temps que ses défenses tout chance de vivre.
D’un geste nonchalant le démon s’empara du sorcier puis se pencha à l’oreille de sa création.
- « Réjouis-moi » murmura t’il.
Le minotaure se propulsa hors du bassin et commença un carnage.
De son bras puissant il saisit la tête de l’acolyte le plus proche. Un craquement sinistre mit fin à la vie de l’infortuné.

Dans le même temps, d’un puissant coup d’aile, le démon quitta le sommet de la tour avec dans sa main l’inconsciente petite créature qui avait seulement osé penser pouvoir le contrôler, le dénommé Mordan.
Le cri de terreur qui accompagna cet envol s’arrêta soudainement lorsque les jambes et le torse du sorcier partirent de part et d’autre du démon.

Arnias n’eut pas le temps de plaindre le sort de l’infortuné. Un problème de taille venait de se dresser à quelques mètres de lui après avoir massacrés tous les acolytes à une vitesse effarante. Le minotaure était dans une rage sanguinaire incroyable et il était décider à goûter le sang du denier être vivant sous son regards.
Le colosse chargea avec la ferme intention d’embrocher l’elfe. Mais Arnias n’était pas un pauvre acolyte. Il attendit le dernier moment et esquiva la charge d’un saut de coté. Le minotaure hurla sa rage puis fixa de nouveau Arnias en exhalant de ses naseaux un fin nuage de sang.
Il chargea à nouveau, Arnias feinta de nouveau et esquiva la corne, ainsi que le bras que le minotaure avec laisser traîner dans le but de frapper l’elfe. La corne droite du minotaure finit sa course dans l’un des derniers acolytes qui était resté prostré le long du mur. Il fallait que Sanders tente quelque chose :
- « Lameth ? « Demanda-t-il.
L’homme bête se retourna et fixa une nouvelle fois l’elfe.
- « Lameth ? »
La créature chargea. Arnias esquiva encore une fois mais le minotaure commençait à avoir l’habitude. La star des GK sentit son bras pris dans un formidable étau. Un hurlement de joie s’échappa de la face bovine, son énorme poing s’était refermé sur le bras de son adversaire.
- « Lameth ! C’est moi Arnias Sanders , rappelle-toi ! »
Le minotaure le souleva de terre par le bras et porta son visage près du sien. Il était intrigué. Pourquoi ce gringalet, qui était sur le point de mourir, ne criait pas et ne gesticulait pas dans tous les sens comme les autres avant lui ? Il n’y avait aucune peur dans son regard juste une question, qu’il ne cessait de poser et qui l’irritait. Pourquoi répétait-il ce mot : Lameth.
- « Lameth ! Les killers, shockey, les pastèques, rappelle-toi les pastèques ! »
Mais qu’il se taise donc ce pantin !!! Comme ça son mal de tête lancinant disparaîtrait. Le minotaure secoua l’elfe pour qu’il arrête de parler et le jeta violemment contre un mur.
Arnias ne put se réceptionner et sa cheville craqua dans un bruit sinistre. La douleur, fulgurante, lui arracha un cri. Se sachant condamner s’il restait à terre, il se releva.
L’homme bête le chargea de nouveau. Ce petit être lui mettait la tête en feu avec ses mots, il fallait que ça cesse.
Arnias tenta d’éviter la charge mais sa cheville refusa de lui répondre et il ne put que s’écrouler à terre. Son bras fut transpercé par une corne, lui arrachant un nouveau cri de douleur. Le minotaure recula d’un pas, ce qui libera le bras désormais devenu inutile, il attrapa l’humanoïde et le projeta une nouvelle fois au loin.
La violence du choc coupa le souffle de la star mal en point. La douleur était intolérable. Il se releva en serrant les dents, sa main valide maintenant son bras meurtri.
Le minotaure s’était mit à marcher de long en large devant sa proie. Que lui voulait cet être frêle avec ce mot, « Lameth » et pourquoi diable ne criait-il pas de peur et n’essayait-il pas de s’enfuir ?
- « Lameth ! Rappelle-toi bon sang ! Tu es un joueur des Giants Killer. Tu allais mourir tu es venu me trouver. Lameth ! Souviens toi des pastèques ! Putain je n’en suis pas une ! Je ne suis pas vert !!!! »
Le minotaure souffla violemment, hurla et chargea pour la nième fois. Sa corne trouva cette fois-ci le flanc de l’elfe qui ne put rien faire d’autre qu’accompagné le choc en pivotant sur son pied valide, mais une épaule puissante l’envoya une nouvelle fois contre le mur. Arnias à peine conscient ne trouvait plus la force de se relever, tout juste parvint il à se mettre assis le dos contre le mur. Il était perclus de douleur et sa tête était penchée sur son torse. Son sang maculait le sol de la tour.
La puissante créature s’approcha et saisit par le cou gracile ce qui fut l’attaquant vedette des G.K. et le souleva du sol sans effort.
- « L…Lameth … p….pas….pastèque … pas vert » Un flot de sang s’échappa de la bouche d’Arnias.
La douleur insupportable qui vrillait la tête du minotaure atteint un paroxysme que même sa fureur ne parvenait plus à masquer. Il laissa choir l’elfe au sol, tomba sur les genoux et se prit la tête à deux mains. Il hurla mais ne s’entendit pas. Ses poings frappèrent le sol, encore et encore.
Puis il cessa soudainement. Son regard fou de douleur, l’instant précédent, s’éclaira.
- « Pa … pastèque ? Pas …. Vert ? Je …Lameth ? ».
- « o… oui …pas pastèque Lameth… pas pastèque…. »
La lucidité et l’intelligence avaient pris possession du regard du colosse
- « Oui je …suis moi, mais … Arny ? »
Lameth posa son regard sur l’elfe moribond
- « Qui t’as fait ça ? Arnias qui ? »
- « A ….ton ….. avis …. ? Qui ….. m’a pris ……. pour……. une ……. pastèque …….. ?»
- « Humpf, je vois. Bon ben les excuses seront pour plus tard. »
Le minotaure prit le corps brisé d’Arnias dans ses bras et se remit debout.
- « Tu pouvais pas trouver plus simple non ? Genre une réincarnation ? Il a fallu que tu penses encore à un truc insensé. Va falloir que je sauve tes miches maintenant. Toujours pareil ces elfes noirs. Au fait si tu peux encore m’entendre, mon nom est Galdar maintenant. Ne me demande pas comment je le sais, je le sais c’est tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Cain
Capitaine
Capitaine
Cain

Nombre de messages : 1547
Age : 45
Location : Metz
Date d'inscription : 11/03/2009

MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 11:17

Au même moment, dans une riche bâtisse quelque part en ville, une large double porte s’ouvrit sur un individu petit et chétif mais richement vêtu. Le gobelin progressa dans une vaste bibliothèque jusqu'à un large fauteuil qui lui tournait le dos.
- « Notre homme est revenu, Maîtresse. La mission est accomplie, Mordan n’est plus » dit le gobelin d’une voix nasillarde.
- « Bien, ce succès nous ouvre de formidables perceptives pour l’avenir, tu peux disposer maintenant » annonça une voix féminine provenant d’un trône.
Le gobelin repartit aussi vite qu’il était venu et ne vit pas la silhouette longiligne se lever du fauteuil et faire quelques pas vers le balcon. La silhouette s’arrêta les mains appuyées sur la balustrade et regarda l’aube se lever sur la ville, un sourire naquit sur ses lèvres.

Sauver Arnias !
Oui mais comment ?
Galdar regarda le corps estropié qu’il portait dans les bras. Comment faire pour sauver l’elfe noir ? Il n’avait jamais eu de dons thérapeutiques, même en tant que Guerrier du Chaos nommé Lameth. Quant à son nouveau « moi » !!!
Ses souvenirs émergeaient de son subconscient peu à peu. Il luttait déjà pour les intégrer à sa nouvelle forme et à sa nouvelle identité. Donc même si il possédait quelques connaissances que ce soit qui fussent capables de sauver la star des GK, il n’était pas près de savoir les utiliser. Et de plus il doutait qu’un Minotaure, ce qu’il était maintenant, puisse posséder ce genre de capacités. Il allait falloir faire avec ce qu’il avait. Un corps disposant d’une force et d’une endurance exceptionnelle et des souvenirs remontant à la surface en flux continu.
En parlant de souvenir. Un plus utile que les autres venait de refaire surface. Arnias était riche et plusieurs personnes dont des Maîtres Apothicaires étaient à son service. Ils devraient être capable de sauver leur Maître.
Sans meilleur idée en tête et sentant le pouls de l’elfe en train de faiblir dangereusement, Galdar fonça à travers la tour, puis, littéralement, au travers de la double porte, qui vola en éclat, et s’enfonça, avec toute l’énergie que lui conférait son nouveau corps, vers la demeure de son sauveur.

Arrivé au manoir, c’est tout juste si le Minotaure sentit les portes se désintégrer sur son passage. Le seul bruit qu’il entendait était les battements de cœur, de plus en plus espacés, de son « patient ».
Dans le hall d’entrée, les deux serviteurs ayant conduit Arnias cher Mordan la veille au soir, avaient fini d’attendre leur Maître en s’étant assoupis sur les fauteuils rembourrés qui accueillaient habituellement les visiteurs.
Le fracas de la porte d’entrée se pulvérisant, les réveilla en sursaut au bord de la panique. La vision d’un Minotaure se tenant dans l’encadrement de porte, ensanglanté et tenant le corps de leur Maître, non moins sanglant, dans ses bras, fut de trop pour l’un deux qui tomba dans un oubli bienheureux, persuadé qu’il était de mourir dévoré vif par une démon sorti tout droit des Abysses.
Le second, bien que conscient, était paralysé de terreur. Galdar avisant la silhouette encore debout l’apostropha :
- « Ton Maître est mourant, va chercher le meilleur apothicaire qui vit ici »
Devant la paralysie de l’homme le colosse fut tenté de le réduire en bouillie séance tenante. Il réprima avec peine son instinct. Il fit un pas, pencha la tête vers le visage du serviteur et murmura à son oreille :
- « Va faire ce que je t’ai dit ou je t’arrache les intestins pour m’en faire une écharpe, TOUT DE SUITE !!! »
Tombant à la renverse, l’homme parti à quatre patte aussi vite qu’il le put et disparut par une porte moitié courant moitié tombant.
A peine une minute s’était écoulée, qu’une silhouette en longue robe pourpre et vociférante fut poussé par cette même porte. Le visage rouge de colère, vira au blanc ivoire devant le spectacle s’offrant à lui
- « Tu es le Maître Apothicaire de ce Manoir ? » rugit Galdar
- « O…Ou…….Oui……. »
- « Sauve le »
Le regard effrayé et hésitant du « soigneur » se posa sur la forme que portait le Minotaure et aussitôt celui-ci retrouva son calme
- « Bien … euh ….vite suivez-moi !!! »
Le trio enfila plusieurs pièces et descendit un escalier avant de se retrouver dans une sorte de laboratoire. Tout les murs, du sol au plafond, étaient tapissés d’étagères, elles-mêmes remplies par tout un tas de manuscrit, fioles, cornus, spécimens et autre objet aux utilités connues de dieu seul sait qui. Le tout était dans un ordre qui frisait la maniaquerie.
Au milieu de cette pièce trônait un énorme plan de travail sur lequel toute une foule de matériel était rangé avec la même minutie que sur les étagères.
- « Bon euh, je vais débarrasser le bureau et vous le poserez de……aaaaAAAAAHH !!! »
Galdar n’avait pas attendu l’autorisation du savant et soutenant d’un bras l’elfe noir, il utilisa l’autre afin de faire place nette sur le meuble, avant d’y poser le corps mourant.
- « MAIS VOUS N’ETES PAS BI……. » le regard du Minotaure transperça l’homme qui se tut aussitôt.
- « Euh… bon, voyons voir ça alors »
L’homme taureau recula et regarda le spécialiste s’affairé sur le corps quelques minutes.
- « Mauvais ça, très mauvais. Il a perdu beaucoup de sang. Et ces blessures …… Je peux arrêter les hémorragies, soigner les blessures et rajouter du fluide vitale, mais son cœur est presque arrêté, il ne va …….et merde, son coeur EST arrêté »
L’apothicaire se lança dans un massage cardiaque pendant une ou deux minutes, mais on voyait bien qu’il n’y croyait pas. Il finit par s’arrêter avec un signe de tête négatif
- « Je ne peux plus rien pour lui » dit il en levant la tête vers son « invité »
- « Soigne le »
- « Mais je ne peux pas »
- « J’ai dit …soigne… le » appuya le minotaure en s’approchant de la table
- « Mais… je ne peux rien faire … son cœur a lâché »
En deux enjambés Galdar fut sur le savant et d’une main le souleva du sol pour apporter son visage au niveau du sien et ajouta d’une voix basse et vibrante de fureur
- « Tu le soigne »
- « M…b…s …..gl…. »
L’homme lut sa mort dans le regard qui lui transperçait le cerveau
- « Il fau….drait….. faire repartir….son cœur »
- « Comment ? »
- « Un choc…il faudrait un choc….pas vraiment physique…. Comme une décharge électrique, mais je n’ai pas ça »
- « Humpfff »
Le colosse reposa le savant sur le sol, qui s’écroula les jambes en coton, et sortit de la salle à grandes enjambés en ajoutant :
- « Je reviens avec ton choc, occupe toi du reste »
Ne se le faisant pas dire deux fois l’homme se releva précipitamment et commença à déboucher tout un assortiment d’onguent et de fiole.

Galdar traversa le manoir en trombe renversant quantité d’œuvre d’art et d’autres choses de valeur sur son passage. Seule la destination lui importait : le bureau d’Arnias. Puisant dans ses souvenirs il trouva la pièce qu’il cherchait, arracha la porte fermée à clef, et fit le même sort à celle fermant le meuble de coin.
Derrière la porte se trouvait plusieurs bouteilles avec diverses liqueurs dedans. Elles volèrent toutes à travers la pièce et allèrent s’écraser à différents endroits du bureau, sauf une. Elle contenait une sorte de liquide rouge sirupeux. Le minotaure la prit avec autant de délicatesse qu’il put et reparti dans le sens inverse à fond de train.
Il arriva au sous-sol dans le laboratoire, fit le tour du bureau, écarta sans ménagement l’apothicaire et regarda l’elfe noir avant de se retourner vers le savant.
- « C’est bon vous avez fait ce qu’il fallait ? »
- « Bien …bien sur. Son corps est en train de guérir et se régénère mais sans le cœur …. »
Galdar reporta son regard sur Arnias un sourire goguenard aux lèvres.
- « Mon cher Arny, prépare toi à revenir d’entre les morts !!! »
De sa grosse main il ouvrit la bouche de l’elfe et commença à lui vider le contenu de sa bouteille dans la gorge, tout en lui massant le coup afin que le liquide descende bien dans la trachée et l’estomac.
D’un seul coup d’un seul le corps eut un soubresaut, s’arqua sur lui-même et Arnias se redressa toussant, éructant, crachant tripe et boyaux, le visage en feu et les deux mains serrées sur sa gorge
« RRRRRAAAHHHH…HHUUUMMMMMPPPHHHHH…PU…AAAARRRRHHHH……NOM D……RRRRRAAAHHHHHHH…….PUTAIN LAMETH…….HUMMPPPHHH…… JE T’AVAIS DIT JAMAIS CA !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »
L’apothicaire n’en revenait pas
- « Mais…mais…mais… »
- « Voila, maintenant occupez vous de lui »
- « Euh …oui »
L’elfe noir, le visage rouge brique, avait du mal à trouver sa respiration et tenait toujours sa gorge à deux mains. Par contre ses yeux « tuait » le minotaure, le visage duquel s’ornait d’un grand sourire jusqu’aux cornes
- « Tu vois mon petit Arny, il ne faut jamais dire jamais. Je t’avais dis que t’y goûterais un jour »
Galdar riant à gorge déployée quitta la laboratoire. Ce n’est que dans le hall d’entrée qu’il entendit le cri venant du sous-sol
- « JE T’AVAIS DIT JAMAIS DE LIQUEUR DE PASTEQUE, JAAAMMMAAAIIISSS !!!! »




la suite est en cours
Revenir en haut Aller en bas
Ragnard
minotaure
Ragnard

Nombre de messages : 3051
Age : 32
Location : reims/Besançon
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 12:53

whaou tout ça t'es balaise en Rp galdar faudrais qu'on lance du JDR sur forum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 19:37

Bienvenue Galdar cheers

Je me demande si les gros membres sont au courrant que Galdar arrive dans notre équipe, j'aimerai bien voir la tronche qu'ils vont faire quand ils vont le voir sur le terrain au réengagement Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 21:20

très très bon RP Galdar, ça a été un plaisir de rester devant mon écran pour lire ton histoire.
Félicitations
Revenir en haut Aller en bas
Cain
Capitaine
Capitaine
Cain

Nombre de messages : 1547
Age : 45
Location : Metz
Date d'inscription : 11/03/2009

MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 21:51

Merci à vous
Revenir en haut Aller en bas
byleth
minotaure
byleth

Nombre de messages : 5673
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 22:26

Excellent Rp galdar, je l'avais deja lu sur ton profil enefel et il est tres bien!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://armeesdelombre.forumandco.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Jeu 12 Mar - 23:32

tt simplement mythique !!!
Revenir en haut Aller en bas
Ragnard
minotaure
Ragnard

Nombre de messages : 3051
Age : 32
Location : reims/Besançon
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Le petit nouveau   Ven 13 Mar - 8:10

ta signature est sympa aussi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le petit nouveau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le petit nouveau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma collection de Polly Pocket :]
» Petit nouveau avec BSD - Heredis - Elianeyves
» petit nouveau
» Un petit nouveau
» Un petit nouveau (morgan737)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Alliance de l'Ombre :: Projet, jeu & RP :: Roleplay d'équipe-
Sauter vers: